La team

Bienvenue dans l’univers des Planeteurs !

Nous sommes une agence de voyages parisienne, fondée en 2016 par Jérôme Balandraud. Notre équipe de six traveler designers vous accueille dans ses deux agences des Batignolles (XVIIe arrondissement), du lundi au samedi de 11h à 19h. Plus qu’une expertise, le tourisme est une passion que nous avons à cœur de partager.

Jérôme Balandraud, Fondateur de l’Agence

Curieux et avide de connaissances, Jérôme Balandraud a trouvé sa voie dans le tourisme, un secteur dont il maîtrise toutes les facettes. En 25 ans d’expérience, le monde est devenu sa maison. Si les cinq continents n’ont aucun secret pour lui, il sait toujours se mettre à l’écoute de ses clients. En fondant Les Planeteurs, il a créé une agence de voyages à son image, réactive et toujours en mouvement. Pour en savoir plus sur son parcours, sa vision du métier et ses voyages.

Quel a été ton parcours avant de créer Les Planeteurs ?

Après mon bac scientifique-science éco, j’ai fait un peu d’animation : je n’arrivais pas à trouver pas ma voie. C’est l’opportunité d’un petit boulot dans une agence de voyages qui m’a ouvert au secteur du tourisme. À 22 ans, j’obtiens mon BTS. Ensuite, j’intègre rapidement un réseau dont la spécialité était les voyages de groupes. Ce fut une formation incomparable : dress code de rigueur et objectifs de rentabilité pour chaque collaborateur, avec notamment l’expérience d’accompagnateur. Après ces deux ans sur le terrain, j’intègre un groupe qui représentait plusieurs enseignes dont Jet Tour. J’y évolue pendant seize ans : passant de la création d’un call center, à responsable puis coordinateur d’agences. Mais en 2015, le besoin de créer ma propre agence de voyages s’est imposé et je lance Les Planeteurs.

Quelle est l’ADN des Planeteurs ?

Notre métier ne cesse d’évoluer : l’image de l’agent de voyages associé à celle d’un vendeur de brochures, appartient au passé. Désormais nous sommes à la fois travel designer et coach voyages, notre mission a plusieurs aspects qui va du conseil à la conciergerie. Si notre activité repose à 95% sur le travel design, notre métier va plus loin par la dimension humaine. Notre rôle est d’échanger, de partager et de donner une vision… Nous sommes bien plus qu’un moteur de recherche comme Trip Advisor !

Quelles sont les prestations des Planeteurs ?

Une première distinction s’impose entre les particuliers et les entreprises. Parmi eux, il y a « les pressés » qui savent ce qu’ils veulent mais ils n’ont pas le temps de s’occuper de leurs voyages. Nous intervenons en qualité d’assistants-majordomes. Certains, en revanche, ont des envies sur une destination précise, avec un type d’ambiance, une thématique. À partir de leurs indications, nous jouons notre rôle de travel designer. Quant à la clientèle des entreprises, elle fait appel à notre expertise tantôt pour ses besoins en affrètements à travers notre activité de billetterie, d’événementiel ou pour des voyages de groupes.

Une règle chez Les Planeteurs ?

Tout voyage commence par une carte : nous avons à cœur dans chacune de nos agences d’avoir un planisphère ou une mappemonde. Avant son départ, chaque client reçoit son carnet de voyage. On adore aussi renouveler nos goodies avec une sélection de tot bags, pochettes et d’étiquettes bagages.

Tu ne pars jamais sans ?

Ma trousse de toilette Bully 1803, les produits sont tellement raffinés… et quel packaging ! Fait pour le voyage et le rêve. En plus évidemment, mon laptop et mon Iphone.

Un voyage inoubliable ?

Le Zimbabwe, 100% nature. Entre crainte et émerveillement. Énormément de sensations.

Un voyage initiatique ?

N’importe lequel mais à condition qu’on soit seul, pour prendre du temps pour soi, pouvoir déconnecter mentalement. Ce pourrait être un château en Écosse, par exemple.

Un voyage impossible ?

Le fond des océans peut-être. Tout semble possible, même l’espace, on dira bientôt merci à Elon Musk.

Un voyage idéal ?

Celui qui fait rêver avant, pendant et après. Avant surtout… le préparer, le sentir venir apporte beaucoup de bonheur. Surtout bien le préparer en amont pour pouvoir le vivre pleinement. Les galères d’organisations sont l’inverse de notre métier.

Un voyage encore sur ta liste ?

Un combiné des deux Corées.

Un pays incroyable ?

Le Japon, tout est différent et bienveillant. Trois mots : exubérance, gentillesse et excellence.

 Une ville inspirante ?

Lecce en Italie. Baroque

Une adresse confidentielle ? 

La first d’Emirates ou alors le Daniel à Paris. Un hôtel central et pourtant peu connu, la décoration magnifique d’un très grand voyageur.

Ta journée type ?

Petit rituel incontournable : aller humer l’ambiance de la ville au comptoir d’une brasserie parisienne (tous les matins), y vérifier mes mails et les messages de la nuit. Partir ensuite à l’agence, y faire un peu de rangement, nettoyer la vitrine et ensuite, la journée peut démarrer ! En fait, je peux travailler partout : chez moi, chez mes clients ou au resto. Il me faut juste du wifi. Impossible donc de me séparer de mon ordinateur portable et de mon smartphone : je suis connecté 24h/24. D’ailleurs, pour mieux échanger avec nos clients, nous créons des groupes Whatts’up.

 Un QG où l’on peut te croiser ?

Molitor au Club, à la fois calme pour travailler et de nombreuses possibilités d’évasion (piscine, rooftop, street-art…)

 Ce qui t’inspire au quotidien ?

L’amitié. Les relations entre les gens. Ma famille. Ne jamais stagner. Je suis passionné par beaucoup de choses et cela m’apporte une fougue qui ne s’est jamais stoppée.

Un défi ?

Avoir toujours cette même boulimie de passions, des envies de voyages, de jeux.

Tes lectures ?

Les magazines d’hôtels ; la chaîne Youtube pour apprendre sur une foultitude de sujets ; des livres, ceux Bret Easton Ellis.

Une femme ou un homme exemplaire dans votre panthéon personnel ?

Ma femme. Sinon comme personnalité connue : Rafael Nadal, le champion de tennis, qui, au-delà de son sport, a un mental incroyable et une totale humilité. Il a une rage de vaincre impressionnante. Un champion qui chute, qui doute, qui travaille et qui se relève.

Ton mantra ?

Ne jamais être dans la tendance mais toujours dans la bonne direction. Ma philosophie est aussi que tout doit s’appréhender comme un jeu, cela permet de s’améliorer.

Quel est ton parcours ?

Après mon bac scientifique, j’entreprends une licence de L.E.A en économie, commerce et tourisme, avec anglais et espagnol. Mon stage de trois mois à Malte dans une agence réceptive est déterminant. Je décide de faire un BTS et je m’inscris à une formation gérée par l’Aftral (École supérieure des transports) qui a une branche tourisme. Pour obtenir un contrat en alternance, j’envoie des CV partout. Coup de chance : le désistement d’un camarade me permet de soumettre ma candidature aux Planeteurs. Tout s’est alors enchaîné. J’y suis depuis décembre 2018. Diplômée en septembre 2019, je fais désormais partie de l’équipe avec mon premier contrat de travail.

Ton activité au sein des Planeteurs ?

Assistante polyvalente de Jérôme Balandraud : je m’occupe du suivi de tous les clients.

 Ce que tu aimes dans travail ?

Ce métier est bien plus varié que la vision qu’on nous en donne durant nos études. Grâce aux clients, je continue d’apprendre tous les jours. J’apprécie l’ambiance de travail et l’équipe.

 

Une envie de voyage ?

Je contacte l'équipe

Stéphanie Charrier, Directrice Associée

Chacun a ses rêves. Le sien était de soigner les éléphants. Faute de devenir vétérinaire sans frontières, Stéphanie s’est orientée dans le tourisme. Le prochain défi de cette amoureuse de Paris ? Concilier sa passion du sport, de la nature et des animaux avec l’univers du voyage. Pour en savoir plus sur son parcours, sa vision du métier et ses voyages, …

Ton parcours ?

En terminale, j’hésite entre le droit et le tourisme. Une rencontre avec des professionnels enthousiastes sur leur métier, orientent mon choix. Inscrite en BTS tourisme, j’enchaîne les stages. À19 ans, je suis recrutée chez Havas. Après une succession de remplacements dans l’ouest, j’obtiens un premier poste fixe à Nantes. Nouveau tournant : j’intègre le service Internet d’un groupe qui gère des agences Jet Tour et Thomas Cook (où travaillait Jérôme). Puis direction Paris comme responsable d’une agence dans le XVIIIe arrondissement : j’y passe dix ans. Quand Jérôme crée Les Planéteurs en 2016, je le rejoins un an plus tard.

 

La spécificité des Planeteurs ?

Nous nous distinguons par notre approche et notre état d’esprit. Avant tout, nous sommes des indépendants. C’est appréciable de se sentir libre dans nos choix de destinations. Notre atout est notre capacité de réactivité. C’est une façon de gagner contre le clic car nous savons faire du sur-mesure, conseiller, étonner… La proximité et la connaissance de nos clients est notre marque de fabrique : nous aimons faire du cousu main avec une dimension de conciergerie

 

Ce que tu aimes dans travail ?

J’aime effectuer les recherches en amont et organiser : il est rare qu’une demande ne se concrétise pas. D’ailleurs, nous avons réussi à fidéliser les mêmes clients depuis très longtemps. Parce que nous accordons une place importante au lieu de travail : nous avons réussi à créer des univers singuliers par leur décoration dans chacune de nos boutiques.

Une satisfaction ?

Le récit d’un client satisfait me donne l’impression de voyager avec lui. J’ai aussi un réel plaisir à recevoir des photos de mes clients. Je me souviens d’un couple parti en Argentine pour leur voyage de noces qui m’a posté des photos sur Instagram.

 Tes lectures pour être en veille et voyager chaque jour ?

Internet et des magazines.

 Un voyage inoubliable ?

L’Éthiopie pour des vacances de Noël en 1996 : c’était un voyage organisé par mon oncle qui, à l’époque, habitait Djibouti. J’étais partie avec mon père. Nous étions allés dans le sud pour aller voir les tribus : la plupart d’entre elles n’avaient jamais vu de touristes. Quand je pense aux troupeaux de zèbres, j’en ressens encore des frissons. Ce moment fut extraordinaire : nous avions un guide sur place qui nous racontait des histoires.

Un hot spot parisien ou dans une autre capitale ?

Parmi tous ceux que je connais, j’aime bien le Mob hôtel de Saint-Ouen pour sa terrasse exceptionnelle.

Une ville inspirante ?

Los Angeles.

Tu ne pars jamais sans ?

Mon maillot de bain et un appareil photo.

Des impressions de voyages ?

J’adore l’énergie des États-Unis : là-bas, tout semble possible. Coup de cœur pour Orlando et Los Angeles, si solaire. Autre impression forte celle du Japon : un pays tellement zen et organisé : j’aimerais y retourner. Plutôt friande de destinations exotiques, j’aime néanmoins adoré l’Irlande et la région du Connemara pour ses grands espaces.

Tes prochaines destinations ?

Comme j’adore marcher, je ferais bien un trek au Népal ou bien une randonnée à cheval, dans les steppes de Mongolie, ou un séjour au Rwanda pour observer les gorilles.

Clémentine Clerc, Conseillère voyages

Comme elle ne pouvait participer aux voyages scolaires de son lycée, Basma s’était fait la promesse que plus tard, elle découvrirait le monde. C’est en étudiant les langues qu’elle trouve un premier moyen d’évasion. Avant de faire un BTS en tourisme, elle envisage même de devenir hôtesse de l’air. Pour en savoir plus sur son parcours et ses voyages.

Quel est ton parcours ?

Après une licence d’anglais à Lyon, je passe le concours d’entrée du CRPE pour devenir professeur des écoles. J’effectue la première année et les stages mais je me sens vite à l’étroit. Sans rien connaître du tourisme, je me sens attirée par ce secteur. Je décide de passer un BTS. Après un stage de trois mois dans une agence de voyages à Montpellier, je suis diplômée. Puis passage obligé parisien et une collaboration avec Jérôme et Stéphanie. En avril 2019, après mon congé maternité, j’ai l’opportunité de rejoindre Les Planéteurs, l’agence que Jérôme avait créée entretemps. C’est comme si je retrouvais une seconde famille.

Comment définirais-tu un planéteur ?

Un planéteur connaît forcément la planète. Il aime partager ses connaissances et réaliser les rêves de voyages de ses clients.

 Ce que tu aimes dans travail ?

La question serait plutôt ce que je n’aime pas : et là, je n’ai rien à répondre. Je suis heureuse de retrouver mes collègues et de faire évoluer nos agences en développant de nouveaux contacts. Si le tourisme est un métier de passion, aimer le contact est essentiel.

 

Quelle est l’atmosphère des agences ?

Nos espaces ont une décoration avec une âme, qui les rend atypiques. On y a nos repères et on s’y sent presque aussi bien que chez soi. On ne retrouve rien de tel dans des agences classiques. Impossible de ne pas craquer devant cet ancien jeu de Super Mario. Je l’adore !

Ton défi face à un client ?

On n’a pas de limites et le mot « non » n’existe pas. On ne contente jamais d’Internet : on appelle les hôtels en direct, on se charge d’obtenir les visas, de choisir les meilleures places dans l’avion, de préparer les cartes d’embarquement. On joue un véritable rôle de conciergerie et on va tout faire pour satisfaire nos clients. Le défi est d’autant plus important face à un nouveau client.

Ta demande la plus incroyable ?

En octobre, un client a souhaité découvrir Londres et ses alentours avec une requête essentielle : partir avec son petit chien ! Il nous a fallu réserver dans des hôtels ayant des chambres pet friendly

Tes lectures pour être en veille ?

Outre Internet et des magazines de lieux insolites comme Hôtel & lodge, j’apprends beaucoup en regardant des reportages télé comme l’émission Échappées belles ; en participant à des work shops.

Un voyage inoubliable ?

Le sultanat d’Oman. C’est un pays très tolérant et une destination encore authentique. J’ai apprécié les paysages sublimes combinant à la fois désert, mer, montagne et la gentillesse de la population gentille.

Une ville inspirante ? 

Je suis une amoureuse de Paris. Quand on a la chance d’y vivre, elle reste à mes yeux la plus belle ville du monde.

Un souvenir de ton premier voyage ?

Marrakech pour la magie du dépaysement.

Tes prochaines destinations ?

Les Bahamas et l’archipel des Keys !

Tu ne pars jamais sans ?

Mon téléphone : pour la fonction appareil photo ! J’ai besoin d’immortaliser des moments de vie et les paysages que je découvre. En juin, j’ai passé quelques jours au Guatemala et au Nicaragua, j’ai pris de magnifiques photos de la population et d’enfants jouant au bord des routes.